Foro Asturias en Facebook Foro Asturias en Twitter Foro Asturias en Google Plus
Foro Asturias en Youtube Foro Asturias en Flickr Foro Asturias RSS

03/10/2017
L’avenir de l’Europe se joue (à nouveau) en Catalogne

Por Maxime Forest, en Libèration

Après la crise de l’Euro, la guerre en Ukraine, le Brexit et les dérives de la Hongrie et de la Pologne, l’Europe est confrontée à une autre crise qui met en péril l’existence du projet de sécurité – physique, matérielle, juridique et dans une certaine mesure, sociale, qu’est le projet communautaire : le défi lancé à la démocratie espagnole par le séparatisme catalan. Face au boulevard concédé à l’exposé du récit séparatiste dans les grands médias européens, à la pusillanimité des appels au «dialogue» ou au silence assourdissant des institutions communautaires et des gouvernements des Etats membres, un effort de pédagogie s’impose, à dix jours d’un référendum illégal à l’importance transcendante.

 

Le récit séparatiste se fonde sur un nationalisme obtus et excluant

 

Tout récit national est une geste historique et celle de la Catalogne ne manque pas de hauts faits : au souvenir lointain de comtats puissants, s’ajoute celui plus récent de la résistance courageuse du peuple catalan au fascisme durant la guerre civile, à laquelle George Orwell rendit un puissant hommage. Et si la région s’est affirmée comme le laboratoire de la modernité industrielle, politique, sociale et culturelle en Espagne depuis la seconde moitié du XIXe siècle, force est de reconnaître qu’elle le doit pour partie à la montée en puissance d’une conscience nationale propre, d’essence élitaire comme dans la plupart des nationalismes, mais socialement progressiste. La contribution de la Catalogne à la transition démocratique aura également été essentielle, et il suffit de relire les pages consacrées par le Madrilène Jorge Semprún à son émotion lors de la première «Diada» (1) autorisée, en 1977, pour saisir que la récupération par les Catalans du droit à leur culture, fut une conquête pour tous les démocrates espagnols (2).

 

Et pourtant, le storytelling habilement déployé par le camp séparatiste est à mille lieues de ce mouvement culturel démocratique, européen et ouvert. En lieu et place, on retrouve, répétés comme un mantra, tous les clichés du nationalisme le plus obtus, teintés de racisme, de mépris de classe, voire d’une forme de suprématisme culturel : d’un côté, le «nous», un peuple éduqué, travailleur, progressiste, honnête, républicain et européen. De l’autre, «eux», canaille ibérique rétrograde, paresseuse et corrompue, attachée à une monarchie démonétisée à force de scandales et perpétuellement en retard sur l’heure européenne. Inutile d’y opposer la «catalanisation», c’est-à-dire l’européanisation, de la société espagnole dans son ensemble depuis la mort de Franco, ou le fait que certaines des affaires de corruption les plus juteuses de ces dernières années, concernent précisément le nationalisme catalan bon teint, dont la conversion au séparatisme coïncide avec sa fréquentation des tribunaux espagnols… Dans ce récit qui aligne les faits alternatifs, «Espanya ens roba» (l’Espagne nous vole) et l’activisme des juridictions espagnoles en matière de corruption politique, n’est que le reflet, tantôt d’une corruption généralisée, tantôt d’une persécution des patriotes catalans.

 

L’immobilisme de Mariano Rajoy n’est pas la cause première de l’impasse politique

 

Ce storytelling dispose assurément d’un allié «objectif» en la personne de Mariano Rajoy. En place depuis 2011, le chef du gouvernement issu du Parti populaire aura survécu aux scandales à répétition ayant éclaboussé sa gestion, ainsi qu’à deux élections législatives qui auront ébranlé le bipartisme espagnol sans parvenir à lui faire perdre son fauteuil à la Moncloa. Son attentisme pittoresque aura contribué à accentuer la gravité de la crise ouverte avec Barcelone, en la privant de toute échappatoire politique. De plus, la tentation est forte de faire du recours constitutionnel du Parti populaire, alors dans l’opposition, contre le nouvel Estatut de la Catalogne approuvé par référendum en 2006, le péché ultime ayant ouvert la voie d’une sécession unilatérale. Or, outre que plus de 90% de l’Estatut furent validés par le juge constitutionnel (14 articles censurés sur 223), les éléments retoqués, principalement axés sur la reconnaissance irréversible d’une nation catalane dotée d’un primat linguistique et de droits empiétant largement sur les compétences régaliennes, constituaient bien un casus belli constitutionnel, fut-ce dans un état de facto fédéral. S’il fut sans doute une erreur politique funeste, le recours exercé contre l’Estatut ne dédouane en rien l’actuel gouvernement catalan de sa fuite en avant hors de tout cadre légal et de tout mandat politique univoque. Le tout, au prix d’une polarisation sociale très vive au sein même de la société catalane, dont toute une génération de fils et filles d’émigrés de l’intérieur a fait reposer son ascension sociale sur la promesse d’une identité gigogne – catalane, espagnole et européenne.

 

Le défi séparatiste est une affaire européenne

 

De l’issue de cette crise dépend mécaniquement l’avenir de l’Europe tout entière. Qu’il soit permis à une région d’exercer unilatéralement, dans un contexte d’état de droit, le droit à l’autodétermination dévolu aux peuples placés sous le joug colonial ou impérialiste, et c’en sera fini de l’intangibilité des frontières établies au prix du sang. Qu’un seul ordre constitutionnel – Hongrois, Polonais ou aujourd’hui, Espagnol, soit renversé par la subversion des normes démocratiques au profit d’un parti ou d’une coalition à prétention hégémonique et messianique, et c’est de l’Europe comme espace fondé sur la séparation des pouvoirs et la hiérarchie des normes, qu’il faudra écrire la nécrologie. Qu’un nationalisme obtus, excluant et articulant un récit historique alternatif triomphe à nouveau, et c’est encore le statut des faits (politiques, historiques, juridiques ou sociaux) qui s’en trouvera diminué, au profit des vertus thaumaturgiques et démiurgiques du storytelling à l’usage des masses. Face à ces risques dont nos gouvernements peinent à prendre la mesure, on comprend le dilemme auquel est confronté un gouvernement issu du Parti populaire : entre l’impuissance, faute d’une légitimité absolue à exercer toute la rigueur de la loi pour préserver les droits de tous les Espagnols, Catalans compris, et le pain béni offert au camp séparatiste par l’image d’urnes et de bulletins de vote saisis par la guardia civil… A ce titre, le défaitisme qui point au sein d’une société clivée et attachée de par son histoire à la paix civile, face au caractère irréversible du défi séparatiste, est un sombre présage pour l’Europe.

 

(Traducción:

"El separatismo catalán es nacionalismo obtuso, racista y excluyente”

 

“Si un gobierno constitucional es derrocado, habrá que escribir la necrológica de Europa“

 

-“Europa se enfrenta a otra crisis que hace peligrar la existencia del proyecto (…) comunitario: el desafío lanzado a la democracia española por el separatismo catalán. Frente a la visibilidad concedida a la exposición del relato separatista en los grandes medios europeos, a la pusilanimidad de las llamadas al “diálogo” o al silencio ensordecedor de las instituciones comunitarias y de los gobiernos de los estados miembros, se impone un esfuerzo de pedagogía“

 

-“El relato separatista se funda en un nacionalismo obtuso y excluyente“

 

-“El relato hábilmente desplegado por el campo separatista está a mil leguas de este movimiento cultural y democrático, europeo y abierto”

 

-“Se encuentran, repetidos como un mantra, todos los clichés del nacionalismo más obtuso, teñidos de racismo, de desprecio de clase, incluso de una forma de supremacismo cultural: de un lado el “nosotros”, un pueblo educado, trabajador, progresista, honesto, republicano y europeo. Del otro, “ellos”, canalla ibérica retrógrada, perezosa y corrupta, atada a una monarquía desacreditada a fuerza de escándalos y perpetuamente retrasada respecto a la hora europea”.

 

 “(..) el hecho de que varios de los casos de corrupción más jugosos de los últimos años implican precisamente al nacionalismo catalán pata negra, cuya conversión al separatismo coincide con la frecuentación de los tribunales españoles”

 

“El inmovilismo de Mariano Rajoy no es la causa primera de la crisis política“

 

“Hay una fuerte tentación de hacer del recurso de inconstitucionalidad del PP (…) contra el nuevo Estatuto (…) el pecado original que abrió la vía a la una secesión unilateral. Pero además de que más del 90% del Estatuto fue validado por el juez constitucional (14 artículos de 223), los elementos retocados (…) constituían claramente un casus belli constitucional. El recurso ejercido contra el Estatut no exime en nada al actual gobierno catalán de su huída hacia adelante fuera de todo marco legal (…)”

 

“De la salida a esta crisis depende mecánicamente el futuro de Europa entera. Si se permite a una región ejercer unilateralmente, en un contexto de estado de derecho, el derecho a la autodeterminación (…), será el fin de la inviolabilidad de fronteras establecidas a precio de sangre. Si un solo régimen constitucional -húngaro, polaco u hoy español- es derrocado por la subversión de las reglas democráticas en beneficio de un partido o coalición con pretensión hegemónica o mesiánica, habrá que escribir la necrológica de Europa como espacio fundado sobre la separación de poderes y el imperio de la ley.)

 

(Publicado en el diario francés Libèration el 21.09.2017)

Etiquetas:  

Compartir noticia por email

Juntas Locales

Agenda
Agenda Cascos
Más Asturias 2014 Más Asturias 2014 Más Asturias 2013 Más Asturias 2012 Gobernanza a Tres Turnos Rebeldes con Causa Salir a Flote
El Hormiguero. Último número
Búsqueda Avanzada


C/ Pepe Cosmen Nº 1. 33001 Oviedo.
985202745. Fax 985223554.
http://www.foroasturias.es · sederegional@foroasturias.es
Aviso Legal
Contacto